Wernher von Braun

Wernher von Braun


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Wernher von Braun, fils d'un baron prussien, est né à Wirsitz, en Allemagne en 1912. Il a étudié l'ingénierie à l'Institut de technologie Charlottenburg de Berlin et après avoir lu La fusée dans l'espace interplanétaire par Hermann Oberth, il s'est intéressé à la technologie des fusées et a aidé à former la Société allemande pour les voyages spatiaux.

En 1932, les réalisations de Braun ont attiré l'attention de Walter Dornberger, qui était en charge de la recherche et du développement des fusées à combustible solide dans le département de l'artillerie de l'armée allemande. Dornberger a recruté Braun et en 1934, il a réussi à construire deux fusées qui s'élevaient verticalement sur plus de 2,4 kilomètres (1,5 miles).

Dornberger a été nommé commandant militaire de la station de recherche sur les fusées de Peenemünde en 1937. Braun est devenu directeur technique de l'établissement et il a commencé à développer le missile balistique à longue portée, l'A4 et le missile anti-aérien supersonique Wasserfall.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Braun a commencé à travailler sur une nouvelle arme secrète, la fusée V2. Cette fusée à carburant liquide de 45 pieds de long transportait une ogive d'une tonne, était capable d'une vitesse supersonique et pouvait voler à une altitude de plus de 50 miles. En conséquence, il n'a pas pu être efficacement arrêté une fois lancé.

Heinrich Himmler a vu le potentiel militaire des recherches de Braun et a pris le contrôle de la station de recherche. Himmler est devenu de plus en plus préoccupé par la motivation de Braun, le considérant plus intéressé par les voyages spatiaux que par le développement de bombes. En mars 1944, Braun a été arrêté par la Gestapo et n'a été libéré que lorsqu'ils sont devenus convaincus que Braun était prêt à utiliser toutes ses énergies pour développer cette bombe qui, selon Himmler, avait le potentiel de gagner la guerre.

La fusée V2 a été utilisée pour la première fois en septembre 1944. Plus de 5 000 V-2 ont été tirés sur la Grande-Bretagne. Cependant, seulement 1 100 ont atteint leur objectif. Ces roquettes ont tué 2 724 personnes et en ont blessé grièvement 6 000. Après le débarquement du jour J, les troupes alliées étaient sur le continent européen et elles ont pu capturer les sites de lancement et en mars 1945, les attaques ont pris fin.

Avec l'avancée de l'Armée rouge sur la station de recherche de Peenemünde, Braun et son personnel ont fui vers l'ouest et se sont rendus à l'armée américaine. Braun et 40 autres scientifiques du rock ont ​​été emmenés aux États-Unis où ils ont travaillé au développement de missiles nucléaires.

En 1952, Braun est devenu directeur technique de l'Agence des missiles balistiques de l'armée américaine à Huntsville, en Alabama, et était principalement responsable de la fabrication et du lancement réussi des missiles Redstone, Jupiter-C, Juno et Pershing.

Après que l'Union soviétique ait lancé avec succès Spoutnik le 4 octobre 1957, Braun s'est concentré sur le développement de fusées spatiales et en janvier 1958 a lancé Explorateur I.

En 1960, Braun est devenu directeur du Marshall Space Flight Center où il a développé la fusée Saturn qui a aidé les États-Unis à atterrir sur la lune en 1969.

Lorsque le président Richard Nixon a considérablement réduit le budget spatial en 1972, Braun a démissionné et est devenu vice-président de Fairchild Industries, une entreprise aérospatiale

Wernher von Braun, qui a écrit les livres Conquête de la Lune (1953) et Frontière de l'espace (1967) est décédé d'un cancer à Alexandrie le 16 juin 1977.

En 1932, l'idée de guerre nous paraissait une absurdité. Les nazis n'étaient même pas au pouvoir. Nous n'éprouvions aucun scrupule moral au sujet de l'abus futur possible de notre enfant cérébral. Nous étions uniquement intéressés par l'exploration de l'espace extra-atmosphérique. Il s'agissait simplement pour nous de savoir comment la vache dorée serait traite avec le plus de succès.

Depuis l'hiver 1939, j'étais étroitement associé au centre de développement de Peenemünde, même si au début je ne faisais que répondre à ses besoins de construction. J'aimais me mêler au cercle de jeunes scientifiques et inventeurs apolitiques dirigé par Werner von Braun - vingt-sept ans, déterminé, un homme réaliste à l'aise dans le futur. C'était extraordinaire qu'une équipe aussi jeune et inexpérimentée soit autorisée à poursuivre un projet coûtant des centaines de millions de marks et dont la réalisation paraissait lointaine.

Ma sympathie leur a été très utile lorsqu'à la fin de l'automne 1939, Hitler a rayé le projet de fusée de sa liste d'entreprises urgentes et a ainsi automatiquement coupé sa main-d'œuvre et ses matériaux. Par accord tacite avec l'Army Ordnance Office, j'ai continué à construire les installations de Peenemunde sans son approbation - une liberté que probablement personne d'autre que moi n'aurait pu prendre.

Avec la censure stricte de la presse imposée par Hitler, les abus de son régime n'étaient pas aussi visibles pour l'Allemand moyen qu'ils l'étaient pour un étranger qui avait libre accès aux médias internationaux. Pour cette raison, je dois dire, plus en guise de déclaration que d'excuse, que je n'ai réalisé la profondeur de l'abîme du régime hitlérien que très tard et surtout après la guerre, lorsque tous ces terribles abus ont été publiés pour la première fois. Je suppose que jusqu'à environ un an avant la fin de la guerre, je partageais les sentiments de la plupart des Allemands selon lesquels Hitler était incontestablement un agresseur et un conquérant, cela le mettait plus dans une classe avec Napoléon qu'avec le diable incarné. Alors que dès le début j'ai profondément déploré la guerre et la misère et la souffrance qu'elle s'est propagée dans le monde entier, je me suis retrouvé pris dans un maelström dans lequel j'ai simplement senti que, qu'on le veuille ou non, il était de mon devoir de travailler pour mon pays en guerre.

Le 13 juin 1942, les chefs d'armement des trois branches des forces armées, le feld-maréchal Milch, l'amiral Witzell et le général Fromm, se sont rendus avec moi à Peenemünde pour assister au premier tir d'une fusée télécommandée.

Des volutes de vapeur montraient que les réservoirs de carburant se remplissaient. A la seconde prédéterminée, d'abord avec un mouvement chancelant mais ensuite avec le rugissement d'un géant déchaîné, la fusée s'éleva lentement de son coussin, sembla se tenir sur son jet de flamme pendant une fraction de seconde, puis disparut avec un hurlement dans les nuages ​​bas. Wernher von Braun rayonnait. Pour ma part, j'ai été sidéré par ce miracle technique, par sa précision et par la façon dont il semblait abolir les lois de la gravité, si bien que treize tonnes pouvaient être lancées dans les airs sans aucun guidage mécanique.

Longue d'environ vingt-cinq pieds, la fusée Wasserfall était capable de transporter environ six cent soixante livres d'explosifs le long d'un faisceau directionnel jusqu'à une altitude de cinquante mille pieds.

L'A-4 est une mesure qui peut décider de la guerre. Et quel encouragement à l'intérieur quand on attaque les Anglais avec. C'est l'arme décisive de la guerre, et de plus elle peut être produite avec des ressources relativement faibles. Speer, tu dois pousser l'A-4 aussi fort que tu peux ! Quelle que soit la main-d'œuvre et les matériaux dont ils ont besoin, ils doivent être fournis instantanément. Vous savez que j'allais signer le décret du programme des chars. Mais ma conclusion est maintenant : modifiez-le et mettez-le en phase afin que A-4 soit mis sur un pied d'égalité avec la production de chars. Mais dans ce projet, nous ne pouvons utiliser que des Allemands. Dieu nous aide si l'ennemi découvre cette affaire.

Le 22 août, un objet s'était écrasé dans un champ de navets sur l'île de Bornholm dans la Baltique, à peu près à mi-chemin entre l'Allemagne et la Suède. C'était un petit avion sans pilote portant le numéro V83, et il fut rapidement photographié par l'officier en charge de la marine danoise à Bornholm, le capitaine de corvette Hasager Christiansen. Il a également fait un croquis et a noté que l'ogive était un mannequin en béton.

Au début, nous n'étions pas sûrs de ce qu'il avait trouvé. D'après son croquis, il mesurait environ 4 mètres de long, et il s'agissait peut-être d'une version un peu plus grande de la bombe planeur HS 293 que le KG100 utilisait maintenant contre nos navires de guerre en Méditerranée. En effet, il s'est avéré que cette bombe particulière avait été larguée d'un Heinkel III, mais il s'agissait en fait d'un modèle de recherche (le 'V' signifiait probablement 'Versuchs' c'est-à-dire recherche) de la bombe volante dont nous allions entendre parler tant dans les prochains mois.

Qui a mis le feu au Reichstag ? (Répondre au commentaire)

La jeunesse d'Adolf Hitler (Réponse Commentaire)

Adolf Hitler et la Première Guerre mondiale (Réponse Commentaire)

Adolf Hitler et le Parti des travailleurs allemands (Réponse Commentaire)

Sturmabteilung (SA) (Réponse Commentaire)

Adolf Hitler et le putsch de la brasserie (Réponse Commentaire)

Adolf Hitler l'Orateur (Réponse Commentaire)

Une évaluation du pacte nazi-soviétique (commentaire de réponse)

Journaux britanniques et Adolf Hitler (Réponse Commentaire)

Lord Rothermere, Daily Mail et Adolf Hitler (Réponse Commentaire)

Adolf Hitler contre John Heartfield (Réponse Commentaire)

Les Jeunesses hitlériennes (Réponse Commentaire)

Ligue allemande des filles (Réponse Commentaire)

La Nuit des Longs Couteaux (Réponse Commentaire)

Le développement politique de Sophie Scholl (Réponse Commentaire)

Le groupe antinazi White Rose (Réponse Commentaire)

Nuit de cristal (réponse au commentaire)

Heinrich Himmler et les SS (Réponse Commentaire)

Les syndicats dans l'Allemagne nazie (Réponse Commentaire)

La Volkswagen d'Hitler (La Voiture du Peuple) (Réponse Commentaire)

Les femmes dans l'Allemagne nazie (réponse au commentaire)

L'assassinat de Reinhard Heydrich (Réponse Commentaire)

Les derniers jours d'Adolf Hitler (Réponse Commentaire)


Le dernier avertissement du Dr Wernher Von Braun

Le Dr Wernher Von Braun (23 mars 1912 - 16 juin 1977) était un ingénieur aérospatial et architecte spatial américain d'origine allemande. Il était la figure de proue du développement de la technologie des fusées dans l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale et un pionnier de la technologie des fusées et de l'espace aux États-Unis. Il a été surnommé « le père de la NASA ».

Alors qu'il était dans la vingtaine et au début de la trentaine, von Braun a travaillé dans le programme de développement de fusées de l'Allemagne nazie. Il a aidé à concevoir et à développer la fusée V-2 à Peenemunde pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, il a été secrètement transféré aux États-Unis, avec environ 1 600 autres scientifiques, ingénieurs et techniciens allemands, dans le cadre de l'opération Paperclip. Il a travaillé pour l'armée américaine sur un programme de missiles balistiques à portée intermédiaire, et il a développé les fusées qui ont lancé le premier satellite spatial américain Explorer 1.

En 1960, son groupe a été assimilé à la NASA, où il a été directeur du nouveau Marshall Space Flight Center et architecte en chef du lanceur super lourd Saturn V qui a propulsé le vaisseau spatial Apollo vers la Lune. En 1967, von Braun a été intronisé à la National Academy of Engineering, et en 1975, il a reçu la National Medal of Science. Il a également plaidé pour une mission humaine sur Mars.

Après avoir quitté la NASA, von Braun est devenu vice-président de l'ingénierie et du développement de la société aérospatiale Fairchild Industries à Germantown, Maryland, le 1er juillet 1972.

En 1973, lors d'un examen physique de routine, von Braun a été diagnostiqué avec un cancer du rein, qui ne pouvait pas être contrôlé avec les techniques médicales disponibles à l'époque. Von Braun a poursuivi son travail dans la mesure du possible, notamment en acceptant des invitations à prendre la parole dans des collèges et des universités, car il était désireux de cultiver l'intérêt pour les vols spatiaux habités et les fusées, en particulier son désir d'encourager la prochaine génération d'ingénieurs aérospatiaux.

C'est à Fairchild Industries qu'il a rencontré Carol Sue Rosin qui est devenue son assistante et son bras droit, parlant souvent pour lui lors de conférences lorsqu'il n'était pas en mesure d'y assister. Pendant son séjour à Fairchild, Rosin a été la porte-parole du Dr Wernher Von Braun, avec qui elle a créé le film et le programme éducatif "C'est votre tour" pour élargir la diversité des personnes travaillant dans les domaines scientifiques. Elle a également été la première femme cadre d'une entreprise aérospatiale à travailler en tant que chef d'entreprise de Fairchild Industries.

Von Braun est décédé le 16 juin 1977 d'un cancer du pancréas à Alexandria, en Virginie, à l'âge de 65 ans.

Mais avant de mourir, il a transmis son dernier avertissement au monde à Carol et lui a demandé de le transmettre au monde pour le bien de toute l'humanité, après son décès.

Lors de sa première rencontre avec le Dr Von Braun à Fairchild Industries, qui a duré 3,5 heures, le Dr Von Braun a dit à Carol : « Carol, tu dois arrêter la militarisation de l'espace, car il y a un mensonge qui est raconté à tout le monde ». Le Dr Von Braun, par l'intermédiaire de son porte-parole après sa mort, Carol Rosin, a prédit avec succès la guerre contre le terrorisme (qui a commencé avec la destruction des tours jumelles du World Trade Center le 11 septembre 2001), puis la peur des pays du tiers monde ( nous les appelons maintenant Rogue Nations comme l'Iran, la Corée du Sud, etc.), puis la peur d'une frappe d'astéroïde qui est actuellement promue, puis la dernière carte qui serait une fausse invasion extraterrestre pour unir le monde contre les extraterrestres pour inaugurer un nouvel ordre mondial (un gouvernement mondial et une religion mondiale). Et tout serait faux.


Wernher Von Braun de 'For All Mankind' a une histoire réelle compliquée et controversée

Bien que Apple Pour toute l'humanité explore une histoire alternative dans laquelle les Russes ont battu les États-Unis dans la course à l'espace, il y a encore un certain nombre de personnages historiques présentés dans l'histoire. Parmi eux se trouve Wernher von Braun, un ingénieur aérospatial qui a dirigé le premier programme spatial de la NASA dans les années 60. Il est joué par Colm Feore, qui est récemment apparu dans L'Académie des Parapluies en tant que patriarche problématique Sir Reginald Hargreeves - un précurseur approprié pour Pour toute l'humanité, considérant que von Braun est également assez controversé.

Selon PBS, von Braun est né dans une famille aristocratique conservatrice en Allemagne en 1912. Il est devenu obsédé par les voyages dans l'espace à l'adolescence et a commencé à travailler comme spécialiste des fusées pour l'armée allemande dans les années 1930, juste à l'époque où Hitler était monter au pouvoir. Il est finalement devenu membre du parti nazi et officier SS, bien que, selon la NASA, il ait été arrêté par la Gestapo en 1944 pour des remarques négligentes qu'il avait faites sur la guerre. La fusée qu'il développait à l'époque – connue sous le nom de V-2 – reposait également en grande partie sur le travail d'esclave d'un camp de concentration voisin.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, von Braun et d'autres membres de son équipe se sont rendus aux États-Unis. Ils ont été emmenés au Texas dans le cadre d'une opération de la CIA appelée Project Paperclip, où ils ont continué à développer des fusées pour le gouvernement américain.

Pendant ce temps, le travail de von Braun est passé des missiles et de l'armement au vol spatial. En 1955, il est apparu dans une série d'émissions télévisées de Walt Disney expliquant comment nous allions un jour voyager dans l'espace et atterrir sur la lune – ce que son équipe a fait partie intégrante de la réalisation. Il a aidé à lancer le premier satellite américain, Explorer 1, en 1958. Et en 1960, von Braun est devenu le directeur du Marshall Space Flight Center de la NASA, ainsi que l'architecte en chef du lanceur Saturn V qui a ensuite transporté les premiers hommes à la lune.

Mais les antécédents nazis de Braun ont, pour des raisons évidentes, été un point de discorde dans la façon dont on se souvient de son travail. Le satiriste Tom Leher a écrit une chanson sur le soi-disant « quotapolitique » von Braun dans les années 60, en plaisantant : « Une fois les fusées lancées, qui se soucie d'où elles descendent ? Ce n'est pas mon département", déclare Wernher von Braun."

En 1976, von Braun a été considéré pour une médaille présidentielle de la liberté par l'administration Ford. L'idée a été rejetée par un assistant de la Maison Blanche nommé David Gergen, qui, par Le Boston Globe, a simplement écrit : " Désolé, mais je ne peux pas soutenir l'idée de donner [la] médaille de la liberté à [un] ancien nazi dont le V-2 a été tiré dans plus de 3 000 villes britanniques et belges. " Pourtant, von Braun a fait face à peu de conséquences réelles. dans sa carrière.

La culture populaire varie dans sa représentation de von Braun comme un héros ou un méchant, un génie moralement corrompu ou apolitique. On dit qu'il est l'une des figures historiques qui ont inspiré le personnage principal, un scientifique nazi, dans la satire de la guerre froide de Stanley Kubrik. Dr Strangelove. En revanche, le personnage de Jake Gyllenhaal idolâtre von Braun pour ses réalisations scientifiques dans le film de 1999 Ciel d'octobre, qui est basé sur l'enfance du futur ingénieur de la NASA Homer Hickam Jr.

Le côté de l'histoire sur lequel von Braun tombe est en fin de compte à interprétation, mais gardez tout cela à l'esprit pendant que vous regardez Pour toute l'humanité, d'autant plus qu'il donne une version alternative des événements. Peut-être que son implication dans la Seconde Guerre mondiale aura des retombées plus importantes dans la série.


Wernher von Braun était-il vraiment un nazi ?

Cette histoire fait partie de Demandez à Alabama, une interaction hebdomadaire avec nos lecteurs, où vous posez les questions, vous votez pour décider à quelles questions nous répondons, puis nous enquêtons. Jacob Tyler Hamlin, de Huntsville demande : "Wernher von Braun était-il vraiment un nazi ?"

Selon l'endroit d'où vous venez dans l'État de l'Alabama, vous n'avez probablement jamais entendu parler de Wernher von Braun, ou vous pensez qu'il est un Columbus des temps modernes, chargé de guider les États-Unis dans l'espace et éventuellement sur la lune. Honnêtement, je pensais que c'était le gars qui fabriquait les rasoirs.

Ce n'est que lorsque le président Donald Trump s'est présenté au Wernher von Braun Civic Center à Huntsville pour se rallier au nom du sénateur Luther Strange le 22 septembre que j'ai commencé à canaliser mon Seinfeld intérieur en demandant : "Quel est le problème avec ce type au rasoir ?"

Il s'avère qu'il est plus intéressant que ça.

Avant d'arriver à la réponse, voici une histoire extrêmement brève de von Braun, selon un rapport de 2002 du Dr Michael J. Neufeld, conservateur principal, Smithsonian National Air and Space Museum, et auteur de la biographie vsur Braun: Dreamer of Space, Engineer of War, et d'autres comptes rendus fournis par des reportages et des universitaires.

Von Braun est né en Allemagne en 1912 dans une famille noble de l'Empire allemand de l'époque. Il a fréquenté diverses écoles à Berlin avant d'obtenir un doctorat en physique en 1934, un an après que le parti nazi et Adolf Hitler ont pris le contrôle de l'Allemagne. En 1937, il était le directeur technique d'un programme de fusées de l'armée secrète, présidant des centaines d'ouvriers. C'est la même année qu'il rejoint le parti nazi. En 1942, trois ans après le début de la guerre, il dirigeait le premier projet de missile balistique au monde, connu sous le nom d'A-4 ou V-2. Il n'avait encore que 30 ans. Il est bien documenté que von Braun ne souhaitait pas que sa technologie de fusée soit utilisée pour livrer des munitions afin de nuire à d'autres personnes, a noté la biographie de Neufeld.

Soupçonnant que von Braun était un sympathisant communiste, et qu'il prévoyait de s'échapper en Angleterre avec les plans pour le V-2 , Heinreich Himmler, chef de la police allemande, et l'un des fonctionnaires les plus dignes de confiance d'Hitler&# x27s, l'a fait arrêter, selon au propre compte de von Braun. Il a passé deux semaines en prison avant d'être libéré pour continuer son travail sur le V-2. En 1944, des centaines de ses roquettes ont été lancées à Londres, en Angleterre. Von Braun a déclaré plus tard que « la fusée fonctionnait parfaitement, sauf pour atterrir sur la mauvaise planète ». Son ambition était d'atterrir sur la lune.

Début mai 1945, sentant la défaite lors de la Seconde Guerre mondiale, von Braun et son équipe se sont rendus à l'armée américaine. En moins de cinq mois, von Braun est arrivé aux États-Unis. En 1950, von Braun a été transféré à Huntsville où il continuerait à développer des fusées à usage militaire. Au cours de la décennie, il a déménagé à la NASA nouvellement créée et a aidé à transporter des satellites dans l'espace et à planifier les alunissages historiques. Ce n'est qu'au milieu des années 1960 que les gens ont commencé à remettre en question son rôle dans le Troisième Reich.

Aujourd'hui, on se souvient de lui de deux manières. Pour ses partisans, principalement à Huntsville, il est considéré comme un héros qui a propulsé l'armée américaine dans le 20e siècle, a été un membre fondateur du complexe militaro-industriel et a aidé la NASA à rivaliser avec les Soviétiques dans la course à l'espace. Pour d'autres, il est considéré comme un opportuniste obsédé par l'espace qui était prêt à travailler avec quiconque lui donnerait de l'argent pour continuer son travail, même si cela coûtait la vie à ceux qui se trouvaient sur le chemin de ses roquettes militarisées. À bien des égards, rejoindre le parti nazi pour réaliser ses ambitions scientifiques était une affaire faustienne, du nom de la légende folklorique allemande Faust qui aurait échangé son âme avec le diable contre une connaissance illimitée.

Wernher von Braun&# x27s était un célèbre pionnier des fusées à Huntsville, en Alabama.

Dans une interview de suivi, notre questionneur Hamlin a déclaré que les habitants de Huntsville agissent généralement comme si la vie de von Braun avait commencé après la guerre, ignorant apparemment son passé controversé.

"Je pense qu'il est honteux qu'un homme qui a créé de puissantes bombes pour les nazis qui ont été utilisées pour tuer des civils innocents soit idolâtré dans notre petite ville de l'Alabama", a déclaré Hamlin. "Certes, c'était un homme brillant qui a totalement changé la trajectoire de l'industrie spatiale américaine. Mais, lorsque nous, en tant que société, choisissons de nous concentrer uniquement sur les bonnes choses qu'il a accomplies, nous rendons un mauvais service aux Juifs esclaves qui ont construit les fusées qu'il a conçues, et aux hommes, femmes et enfants innocents d'Angleterre qui ont ressenti la colère de ces armes. »


Wernher von Braun

Wernher von Braun était un scientifique et ingénieur pionnier des fusées. Ses premiers efforts étaient au nom de l'Allemagne nazie. Après la Seconde Guerre mondiale, il est venu en Amérique, où ses efforts ont conduit au développement de Explorateur satellite, Jupiter, Jupiter-C, Pershing, Pierre rouge et fusées Saturne, et Skylab, la première station spatiale au monde. Von Braun est né le 23 mars 1912, le deuxième des trois fils du baron Magnus von Braun. Même à un jeune âge, von Braun était un visionnaire. À l'âge de 10 ans, il a décidé que son objectif dans la vie était de « faire tourner la roue du temps ». En tant qu'étudiant, il était plus intéressé par des activités parascolaires telles que la construction d'une voiture, et il a raté les mathématiques et la physique. Néanmoins, il s'est inscrit à l'Institut de technologie de Berlin en 1930 et y a obtenu son baccalauréat en 1932. Il a obtenu son doctorat en physique à l'Université de Berlin deux ans plus tard. En 1932, l'intérêt de von Braun pour les fusées avait attiré l'attention des responsables militaires allemands, qui lui ont fourni 400 $ pour en construire une. Son test a échoué, mais ils ont reconnu son talent et l'ont quand même embauché. En 1934, il construisait des fusées avec le capitaine d'artillerie Walter Dornberger et une équipe de 80 ingénieurs. Leur installation au sud de Berlin n'étant pas adéquate, les Allemands décidèrent d'en construire une plus grande à Peenemünde sur la côte baltique. Ici, von Braun et son équipe ont conçu et construit la fusée A-4, rebaptisée plus tard V-2, qui a été utilisée au-dessus de Londres. Le premier lancement d'essai a eu lieu en 1942, et il a été déployé sur une base militaire le 7 septembre 1944. Au moment de son explosion au-dessus de Londres, von Braun a fait remarquer à ses collègues : « La fusée a parfaitement fonctionné, sauf pour atterrir sur le mauvais planète." Le programme V-2 n'a pas été particulièrement efficace, causant seulement 2 754 morts en Angleterre, contre plus de 50 000 tués dans les bombardements. Von Braun a ensuite été incarcéré par les SS et la Gestapo pour un crime contre l'État. Son infraction était d'entretenir des "rêves frivoles" de fusées en orbite autour de la Terre et peut-être de la Lune, au lieu de fabriquer des fusées plus grosses pour la machine de guerre d'Hitler. Von Braun est retourné à Peenemünde après sa libération, qui a été orchestrée par Dornberger, qui a convaincu les SS et la Gestapo qu'Hitler les aurait tous abattus si Von Braun n'achevait pas la fusée V-2. Alors que la guerre touchait à sa fin, von Braun a demandé à son état-major à qui ils souhaitaient se rendre. Ils craignaient les Russes et préféraient les Américains. À l'aide de faux documents et d'un train volé, von Braun a dirigé un groupe d'environ 500 personnes à travers l'Allemagne jusqu'à ce qu'ils trouvent un soldat américain et se rendent à lui. De nombreux membres de l'équipe de production de von Braun ont été capturés par les Russes. Les Américains se rendent compte de leur importance et se rendent immédiatement à Pennemünde et Nordhausen pour prendre possession d'autant de V-2 et V-2 pièces que possible, pour un total de 300 trains. Ils ont ensuite détruit le reste avec des explosifs. Le 20 juin 1945, le secrétaire d'État américain Cordell Hull a approuvé le transfert des spécialistes allemands des fusées de von Braun vers l'Amérique. Après avoir aidé à passer au crible les documents de Pennemünde, ils ont été déplacés ensemble à Fort Bliss, au Texas, juste au nord d'El Paso. Au début, ils n'étaient pas autorisés à quitter la base sans escorte militaire. À Fort Bliss, ils ont aidé à remettre les V-2 en état de marche et ont donné des conseils sur l'avenir des utilisations militaires et de recherche des roquettes. En 1950, von Braun et son équipe ont déménagé à Huntsville, en Alabama, où von Braun est resté pendant les 20 années suivantes. Dans les installations de Redstone Arsenal, ils ont développé la Redstone Rocket et plus tard la Jupiter-C Rocket. C'est un Jupiter-C qui a lancé Explorer 1, le premier satellite américain en orbite, le 31 janvier 1958. Von Braun a également trouvé le temps de coopérer avec Walt Disney en tant que directeur technique de trois téléfilms Disney sur l'exploration de l'espace. Von Braun a estimé que son implication avec Disney aiderait à susciter l'intérêt pour l'exploration spatiale à des fins pacifiques. La NASA a été créée le 29 juillet 1958. Deux ans plus tard, elle a ouvert le Marshall Space Flight Center à Huntsville. Von Braun est devenu le premier directeur du centre en juillet 1960, et il a conservé ce poste jusqu'en février 1970. La Saturn, la première fusée américaine capable de lancer des astronautes sur la lune, a rapidement été développée chez Marshall. Après que Saturne eut livré le premier homme sur la lune, von Braun a joué un rôle déterminant dans le développement de Saturne 1B, qui a soulevé Skylab, la première station spatiale au monde, en orbite. La dernière utilisation de Saturne était de se connecter avec le Russe Soyouz pendant la mission historique Apollo-Soyouz de 1975. Des différences dans la pensée stratégique ont persuadé von Braun de se retirer de la NASA en 1972. Il a rejoint Fairchild Industries en tant que vice-président à, de manière appropriée, Germantown, Maryland, où il a été actif dans la création du National Space Institute. Diagnostiqué d'un cancer, von Braun a démissionné de Fairchild le 31 décembre 1976. Il est décédé le 16 juin 1977 à Alexandria, en Virginie]. Il laisse dans le deuil sa femme, ses trois enfants et ses deux frères.


Nouvelle recherche sur les fusées aux États-Unis

Quelques mois plus tard, von Braun et environ 100 membres de son équipe de fusées ont été emmenés aux États-Unis, où ils ont repris leurs recherches en utilisant des fusées V-2 capturées.

Malheureusement, von Braun s'est à nouveau retrouvé à travailler pour un gouvernement plus intéressé par la recherche sur les armes que par l'exploration spatiale. Cependant, le manque apparent d'intérêt du gouvernement américain pour l'exploration spatiale (malgré la promotion de l'idée par von Braun) a été radicalement inversé en octobre 1957 lorsque l'Union soviétique a lancé son vaisseau spatial Spoutnik I.

Soudain, von Braun a reçu le feu vert pour utiliser une fusée Jupiter développée pour le programme d'armement afin de lancer un satellite développé lors d'un précédent projet abandonné. Le satellite ‘Explorer I’ a été lancé par von Braun le 31 janvier 1958, quatre mois seulement après Spoutnik I. La course à l'espace était lancée.

Lorsque la National Aeronautics and Space Administration (NASA) a été créée en octobre 1958, von Braun a été nommé directeur du centre de vol spatial. Toute son équipe de scientifiques et de technologues a été transférée de l'armée à la NASA.


Expérience américaine

Plusieurs mois après avoir déménagé à Peenemünde en 1937, von Braun a été invité à rejoindre le Parti national-socialiste. Sur cette photo d'août 1938, il porte l'insigne à croix gammée. Extrait des archives du U.S. Space & Rocket Center, Huntsville, AL.]

Six semaines avant la mission historique Apollo 8 de décembre 1968 en orbite autour de la Lune, le directeur du Marshall Space Flight Center de la NASA à Huntsville, en Alabama, Wernher von Braun, a reçu une mauvaise surprise. Un tribunal ouest-allemand lui a demandé de témoigner dans le procès de trois anciens SS du camp de concentration de Mittelbau-Dora, qui avaient fourni de la main-d'œuvre esclave pour la production du missile balistique V-2. Von Braun avait été le directeur technique de ce projet et avait visité l'usine Mittelwerk associée une douzaine de fois. Désormais à la tête du centre qui gérait la gigantesque fusée Saturn V Moon, il craignait que la publicité qui l'accompagnait ne nuise à sa réputation et à celle de la NASA. Il a essayé de mendier, mais a finalement parlé au juge et au tribunal du consulat d'Allemagne de l'Ouest à la Nouvelle-Orléans le 7 février 1969. Un extrait de son interview à la presse apparaît ensuite vers le début de Chasser la Lune, partie 3. Il a nié toute responsabilité personnelle et a mis le plus de distance possible entre son centre de développement de fusées de Peenemünde et le complexe Mittelwerk.

Comme son attaché de presse de longue date, Ed Buckbee, le note dans Chasser la Lune, von Braun avait reçu peu de demandes de ce genre. Lui et son employeur de 1945 à 1960, l'armée américaine, avaient efficacement neutralisé la plupart des questions inconfortables entourant son ancien service pour Adolf Hitler. Dans des articles autobiographiques et des interviews dans la presse, il s'en tenait à la ligne qu'il était un scientifique apolitique qui ne voulait qu'aller dans l'espace. Il a construit des missiles utilisés contre les villes alliées parce que c'était son devoir national en temps de guerre. Il a admis qu'il avait été membre du Parti national-socialiste, mais l'a qualifié de nominal et de nécessaire pour protéger sa carrière dans une société totalitaire. S'il évoquait le travail des camps de concentration, ce n'était qu'indirectement, en attribuant tout le blâme aux SS. En fait, très peu d'informations sur l'histoire du camp étaient disponibles au public, en partie parce que l'armée en a classé une grande partie. L'armée a fait de même avec le grade d'officier SS de von Braun et les dossiers nazis de plus d'une centaine d'associés qui étaient venus aux États-Unis avec lui. La seule chose dont il était disposé à parler était son arrestation par la Gestapo en mars 1944. Il aurait fait des remarques ivres lors d'une fête sur la défaite probable de l'Allemagne et sa préférence pour la construction d'un "vaisseau spatial". Cela le faisait ressembler à une victime des nazis plutôt qu'à un agresseur.

Von Braun est décédé prématurément d'un cancer à 65 ans en 1977 et a ainsi raté la tempête qui a éclaté sept ans plus tard. L'un de ses plus proches collaborateurs, Arthur Rudolph, est volontairement retourné en Allemagne en 1984 plutôt que de contester une audience de dénaturalisation sur son rôle de directeur de production dans l'usine souterraine. Le ministère de la Justice a publié des documents concernant Rudolph, von Braun et le camp Mittelbau-Dora. L'appartenance SS de Von Braun est alors devenue largement connue, bien que l'Allemagne de l'Est communiste ait essayé dans les années 1960, avec peu de succès en Occident, de la faire connaître. Grâce au travail des journalistes d'investigation dans les années 1980 et des universitaires dans les années 1990, tout sur son bilan nazi et ceux de ses associés est sorti. Tardivement, beaucoup ont pris conscience de la mort de milliers de prisonniers dans le programme V-2 et de l'implication potentielle de von Braun et de quelques associés clés dans ces crimes.

Que savons-nous de son bilan nazi ? Né en 1912, von Braun a grandi dans une famille aristocratique très conservatrice et nationaliste, mais est devenu obsédé par les voyages dans l'espace à l'adolescence. Poussé par le rêve de diriger un jour une expédition sur la Lune, il a suivi le parcours inhabituel d'un baron prussien (comme il l'était en réalité) pour poursuivre une carrière d'ingénieur. À la fin de 1932, l'armée allemande proposa de financer sa thèse de doctorat s'il travaillait en secret sur des fusées à propergol liquide. Peu de temps après, Hitler est devenu chancelier. Von Braun était un nationaliste de droite de formation, mais semble s'être peu intéressé à l'idéologie nazie ou à l'antisémitisme. Alors que l'argent commençait à affluer dans le réarmement et finalement dans le programme de fusées, il est devenu plus enthousiaste à l'égard du régime. En 1933-34, il était membre d'un groupe de circonscription SS à Berlin, mais les organisations nationales-socialistes faisaient alors pression sur les étudiants non membres pour qu'ils participent à des activités paramilitaires. En 1937, aujourd'hui directeur technique à 25 ans du nouveau centre de fusées de l'armée à Peenemünde sur la Baltique, il reçoit une lettre lui demandant d'adhérer au Parti. Comme cela nécessitait peu d'engagement et que cela risquait de nuire à sa carrière de dire non, il a accepté.

Au printemps 1940, un SS l'a approché avec une invitation du Reichsführer-SS Heinrich Himmler à rejoindre la SS en tant qu'officier. Il a demandé à son supérieur militaire, Walter Dornberger, qui lui a dit qu'il était politiquement gênant pour le programme de missiles s'il le refusait. En l'absence de convictions qui lui feraient dire non, von Braun a de nouveau accepté, même s'il aurait probablement pu trouver des excuses pour s'en sortir. En 1943, il avait atteint le rang de Sturmbannführer (major), grâce à l'appréciation de Himmler pour son travail sur les fusées.

Un missile balistique A-4 (V-2) en préparation pour le lancement en 1942/43. C'est l'accomplissement technologique qui a fait la carrière de von Braun, mais l'a également entraîné dans une complicité plus profonde avec les crimes nazis. Musée national de l'air et de l'espace du Smithsonian (NASM 77-14261)

En octobre 1942, le V-2 effectua son premier vol réussi. Hitler, motivé par l'aggravation de la situation de guerre, a rapidement approuvé la production malgré l'immaturité technologique du missile. Le problème était de savoir où trouver la main-d'œuvre lorsque les demandes insatiables du front de l'Est rendaient la main-d'œuvre allemande rare. Comme ailleurs dans l'économie de guerre, la réponse fut l'exploitation brutale des travailleurs étrangers et des détenus des camps de concentration. Grâce à la recommandation d'Arthur Rudolph, un camp SS fut fondé à Peenemünde. En parallèle, les prisonniers ont été emmenés dans deux autres sites potentiels d'usines de V-2. Mais après un raid aérien britannique massif sur Peenemünde en août 1943, Hitler et Himmler décidèrent de concentrer la fabrication dans une usine souterraine, ce qui conduisit à la fondation du Mittelwerk et du camp de Dora. Von Braun était hors de la chaîne décisionnelle concernant les travailleurs du camp, mais la nouvelle situation l'a mis en contact direct avec eux et avec les décisions sur la façon de les déployer. Il a admis devant le tribunal ouest-allemand en 1969 qu'il avait vu des conditions terribles sous terre, bien qu'il n'ait jamais admis avoir vu des cadavres ou reçu des rapports de sabotage qui ont conduit à des pendaisons de prisonniers. À l'été 1944, il a essayé d'aider un prisonnier physicien français, Charles Sadron, mais il a également parlé au commandant du camp de concentration de Buchenwald du transfert de prisonniers qualifiés à Mittelbau-Dora pour un laboratoire qu'il espérait que Sadron dirigerait (Sadron a refusé). Certains hommes ont apparemment été transférés, ce qui pourrait l'impliquer davantage dans des crimes contre l'humanité.

Dans l'intervalle, la Gestapo avait vraiment arrêté von Braun. Il a été libéré par l'intervention du général Dornberger et du ministre de l'Armement Albert Speer, qui ont témoigné de son caractère indispensable pour le programme V-2. L'arrestation dangereuse de dix jours semble avoir cristallisé l'aliénation de von Braun vis-à-vis du régime nazi et d'Hitler, qu'il avait rencontré quatre ou cinq fois. À mon avis, von Braun avait somnambule dans un marché faustien avec les nazis, qui lui avaient promis tout l'argent et le pouvoir qu'il voulait pour construire des fusées, tant qu'ils le faisaient à leur manière, à leurs fins. Il s'est rendu compte tardivement qu'il était pris au piège, mais il était toujours imprégné d'idées nazies et fidèle à l'armée et à ses supérieurs. Vers la fin de la guerre, il a été vu plus souvent en uniforme SS, ce qui lui a fourni une certaine protection contre les vrais croyants nazis alors que l'Allemagne se dirigeait vers une défaite catastrophique. Il a eu la chance d'être sauvé de cette situation en se rendant à l'armée américaine dans les Alpes le 2 mai 1945, avec d'autres.

Von Braun avec ses supérieurs américains, le major James Hammill (à gauche) et le colonel Holger Toftoy, à Fort Bliss, près d'El Paso, Texas, probablement en 1945/46. Musée national de l'air et de l'espace du Smithsonian (NASM A-4075).]

Thanks to American military interest in V-2 technology, he arrived in the U.S. in September and was quickly sent to Fort Bliss outside El Paso, Texas, to prepare for the arrival of his team. Their journey was part of a larger program to import German engineers, scientists and technicians that is best known as Project Paperclip. Due to a growing Cold War, that soon became a program of permanent immigration, which required that the dubious Nazi records of some, like von Braun, be covered up. In 1950, the Army moved his group to Huntsville as part of the consolidation and buildup of its missile work. That was where his parallel career as a space advocate took off.

Von Braun was indeed driven by a dream of spaceflight, but he was also a German nationalist who almost effortlessly became an American patriot. In both cases he had no problem building missiles for his country. He was doubtlessly an opportunist, although not one, as Tom Lehrer’s song parody would have it, completely without principles. He was, in my view, the most important rocket engineer and space promoter of the twentieth century, but his legacy will forever be tarnished by his service to a murderous regime.

Michael J. Neufeld

Michael J. Neufeld, a Senior Curator at the National Air and Space Museum, is the author of The Rocket and the Reich (1995), Von Braun: Dreamer of Space, Engineer of War (2007), et Spaceflight: A Concise History (2018), among other works.


Maintenant en streaming

M. Tornade

M. Tornade est l'histoire remarquable de l'homme dont les travaux révolutionnaires en recherche et en sciences appliquées ont sauvé des milliers de vies et aidé les Américains à se préparer et à réagir aux phénomènes météorologiques dangereux.

La croisade contre la polio

L'histoire de la croisade contre la polio rend hommage à une époque où les Américains se sont regroupés pour vaincre une terrible maladie. La percée médicale a sauvé d'innombrables vies et a eu un impact omniprésent sur la philanthropie américaine qui continue de se faire sentir aujourd'hui.

Once américaine

Explorez la vie et l'époque de L. Frank Baum, créateur de la bien-aimée Le merveilleux magicien d'Oz.


Conversation with Michael J. Neufeld: Wernher von Braun’s Pact with the Devil

Michael J. Neufeld, chair of the Space History Division at the Smithsonian’s National Air and Space Museum, spent twenty years researching the life of rocket pioneer Wernher von Braun. Le résultat est Von Braun, the first complete biography of the controversial German engineer who spearheaded the Nazis’ V-2 rocket program at Peenemünde and then became a key figure in U.S. Army and NASA rocket development after the war. In this new book, Neufeld reveals previously unknown details about von Braun’s Faustian bargain with the Nazi regime.

You make the point that Peenemünde could scarcely have existed without von Braun.

He really was indispensable. There are lots and lots of talented scientists and engineers, but there aren’t very many of them who are very good at managing large numbers of people. Even rarer are the people who successfully manage thousands of people.

Pourquoi faitit take so many people to develop the V-2?

If you look at rockets circa 1930, they were small-scale battlefield weapons. In World War I rockets were basically signal flares— that’s the only application they had. Small solid-fuel artillery rockets appear in World War II with the German Nebelwerfer and the Soviet Katyusha, but the liquid-fuel project in Germany was radical. It took a speculative technology and scaled it up in an enormous way in a very short time. In ten years they went from an amateur scale to a rocket that could go two hundred kilometers.

Nobody else was even close.

In World War II, on liquid-fuel ballistic missile technology, they were way ahead of everybody. One of the ironies of course is that the V-2 wasn’t a good investment for the Third Reich. It was a spectacular technology but militarily it was a boondoggle.

Did von Braun himself really believe in the V-2 as a wonder weapon?

He believed in it until late in the war. The British captured one of the officers of the V-weapons unit towards the end of the war and he said that von Braun had acknowledged very late in the war that the V-2 wasn’t going to live up to the promises made to the führer. Right after the war, in May ’45, when von Braun gave his famous report to the Allied investigators in which he predicted space flight, he also mentioned that the V-2 was somewhat like the bomber of World War I—something that was a pathway to the future, not so much effective in itself.

In fact the V-2 really didn’t make much of a difference in the war.

No—the V-2 was really a failure. It was a very inefficient way to deliver a one-ton bomb. A B-17 could deliver maybe six times the bomb load of a V-2, and a Lancaster considerably more. The accuracy was also incredibly poor—the prob able error was on the order of ten miles. So an urban area the size of London was the only thing you had a hope of hitting.

You speculate that the Nazis were actually thinking of using the V-2 with a chemical warhead.

Although no documents survive from this period—and I wonder if that’s not intentional—I think in the early years of the program one option would be to bombard enemy cities with poison gas. Chemical weapons were very closely integrated with the German army rocket program.

Von Braun later tried to give the impression that his only real interest in rockets was for the future of space flight. Was that true, or was it a way to justify his work for the Nazis?

It was a bit of both. In reality he was obsessed with going into space. I really became convinced of it when I found that he actually wanted to fly in space and land on the moon himself. Certainly from the age of sixteen, he decided,“This is my life’s work,” and became completely obsessed with it. So this was fundamental to his being willing to sell his soul to the Nazis in order to get money for rockets. But that’s one side. The other side is that he came from a very aristocratic, conservative family. He was a Prussian baron he had a family line of Prussian officers behind him he was raised as this right-wing German nationalist. He had no trouble going along with the Third Reich.

The morality just didn’t seem to concern him that much.

Exactement. He does wake up in 1944, after his arrest by the Gestapo, and suddenly realizes just who he’s working for and the deal he has made.

How do you explain his decision to join the SS in 1940?

Earlier, in 1937, he was told, “You really ought to join the [Nazi] party if you don’t it will harm your career.” Then the SS came along with the same kind of appeal. It’s inconvenient to say no, and he gets in deeper and deeper. But we shouldn’t give him a free pass on that. The reality in the Third Reich was that you could figure out a way to weasel out by making excuses, by saying “I don’t have the time.” But I think in the case of von Braun these thoughts never even entered his head. For him his career, rocketry, was everything.

After the war things started to come out about the horrific treatment of con centration camp prisoners at the un derground V-2 factory, the Mittelwerk.

There were three to four thousand prisoners living in the tunnels, sleeping on bare rock or straw. The tunnels quickly became filled with lice, fleas, and excrement there were no sanitary facilities and virtually no drinking water, and the prisoners were totally exhausted and began dying like flies from diarrhea, lung diseases: dozens per day. There were three thousand deaths in the winter of ’43–44.

Is it possible von Braun didn’t know what was going on there?

Absolument pas. In the sixties when this began coming out mostly from East Germany, nobody paid it much attention and it was dismissed as [Communist] propaganda. But we now know that von Braun set foot in that place at least a dozen times. We know of his direct encounters with concentration camp prisoners.

The most striking thing that emerges about von Braun’s personality was his seemingly boundless confidence.

Yes, and one of the things that undercuts his later claims to have felt guilty about what happened during the war is that when he was captured by the Americans in 1945 he was just ecstatic. He wanted to go to the United States because he felt that this was the place he could continue rocket development.

Il était extraordinarily self-confident— this is one thing that everybody says about him over and over. He was an enormously charismatic person he would just light up the room. He was funny, he was smart, extraordinarily good looking. He mesmerized people.

In 1951, here he is being interviewed by the New yorkaismagazine, proudly talking about how Hitler personally granted him the title “professor”— which he kept on using.

I wonder if he ever did realize it was an embarrassment. After the war he was clear in saying that Hitler was an evil person. But he still viewed his so-called professor ship, which in the German system was the highest honor an academically trained person could have, as something he had earned for his accomplishments with the V-2 and rocket development.

It was in the late fifties, the Sputnik era, when the U.S. Army told him, “You just can’t use the professor title anymore.”

How important was von Braun to the American rocket program?

A lot of the histories have almost left everyone else out and acted like we got everything from the Germans. The reality was a lot more complicated. The Germans played a significant role, certainly. The most significant thing was in the late fifties when von Braun and company were transferred to NASA and led the development of the Saturn launch vehicles for the moon landing program.

But fundamentally what happened in the cold war was the huge resources invested by the air force in the ICBM pro gram, which is where a lot of American rocket development happened. And it took technological revolutions in both missiles and nuclear bomb design to produce an effective weapon. The ballistic missile wasn’t an effective weapon until you put a nuclear warhead on top of it—and suddenly it became a super weapon.

Originally published in the December 2007 issue of Revue de la Seconde Guerre mondiale. Pour vous abonner, cliquez ici.


Wernher von Braun - History

Wernher von Braun (1912-1977) was one of the most important rocket developers and champions of space exploration during the period between the 1930s and the 1970s. As a youth he became enamored with the possibilities of space exploration by reading the science fiction of Jules Verne and H.G. Wells, and from the science fact writings of Hermann Oberth, whose 1923 classic study, Die Rakete zu den Planetenr umen (By Rocket to Space ), prompted young von Braun to master calculus and trigonometry so he could understand the physics of rocketry. From his teenage years, von Braun had held a keen interest in space flight, becoming involved in the German rocket society, Verein fur Raumschiffarht (VfR), as early as 1929. As a means of furthering his desire to build large and capable rockets, in 1932 he went to work for the German army to develop ballistic missiles. While engaged in this work, on 27 July 1934, von Braun received a Ph.D. in Physics from the University of Berlin.

Von Braun is well known as the leader of what has been called the "rocket team," which developed the V-2 ballistic missile for the Nazis during World War II. The V-2s were manufactured at a forced labor factory called Mittelwerk. Scholars are still reassessing his role in these controversial activities.

The brainchild of von Braun's rocket team operating at a secret laboratory at Peenem nde on the Baltic coast, the V-2 rocket was the immediate antecedent of those used in space exploration programs in the United States and the Soviet Union. A liquid propellant missile extending some 46 feet in length and weighing 27,000 pounds, the V-2 flew at speeds in excess of 3,500 miles per hour and delivered a 2,200 pound warhead to a target 500 miles away. First flown in October 1942, it was employed against targets in Europe beginning in September 1944. By the beginning of 1945, it was obvious to von Braun that Germany would not achieve victory against the Allies, and he began planning for the postwar era.

Before the Allied capture of the V-2 rocket complex, von Braun engineered the surrender of 500 of his top rocket scientists, along with plans and test vehicles, to the Americans. For fifteen years after World War II, von Braun would work with the United States army in the development of ballistic missiles. As part of a military operation called Project Paperclip, he and his "rocket team" were scooped up from defeated Germany and sent to America where they were installed at Fort Bliss, Texas. There they worked on rockets for the United States army, launching them at White Sands Proving Ground, New Mexico. In 1950 von Braun's team moved to the Redstone Arsenal near Huntsville, Alabama, where they built the Army's Jupiter ballistic missile.

In 1960, his rocket development center transferred from the army to the newly established NASA and received a mandate to build the giant Saturn rockets. Accordingly, von Braun became director of NASA's Marshall Space Flight Center and the chief architect of the Saturn V launch vehicle, the superbooster that would propel Americans to the Moon.

Von Braun also became one of the most prominent spokesmen of space exploration in the United States during the 1950s. In 1970, NASA leadership asked von Braun to move to Washington, DC, to head up the strategic planning effort for the agency. He left his home in Huntsville, Alabama, but after about two years he decided to retire from NASA and to go to work for Fairchild Industries of Germantown, Maryland. He died in Alexandria, Virginia, on 16 June 1977.