Grenade à main croisée et couteau en bronze parmi les trésors archéologiques récupérés de la mer Méditerranée

Grenade à main croisée et couteau en bronze parmi les trésors archéologiques récupérés de la mer Méditerranée


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Un trésor d'artefacts inestimables, dont les plus anciens ont 3 500 ans, ont récemment été remis à l'État d'Israël par une famille qui les a hérités de leur père décédé.

L'un des joyaux les plus frappants auquel la famille s'était accrochée est une grenade à main magnifiquement décorée, d'un type couramment utilisé pendant les périodes des croisés, des ayyoubides et des mamelouks.

Les grenades à main remplies de feu grec (naphta brûlant) étaient une invention byzantine qui s'est propagée aux armées musulmanes du Proche-Orient.

Ils étaient remplis de feu grégeois et scellés de sorte qu'un soldat n'avait qu'à lancer la grenade vers l'ennemi pour l'éliminer. Les caractéristiques qui le rendaient singulier incluent sa capacité à brûler sur l'eau et à coller aux surfaces, s'extinguible avec du sable, du vinaigre ou une urine étrangement vieille. Certains historiens pensent qu'il pourrait être enflammé à l'aide d'eau.

Bien que la technologie ait changé au cours des siècles, le concept demeure que tout ce que le soldat doit faire était de lancer la grenade vers l'ennemi et de diffuser du naphta brûlant à l'impact. Les grenades à main que nous avons maintenant sont les descendantes directes de ces engins ; nous venons de mettre à jour le concept en utilisant des explosifs à la place.

Un employé de l'Autorité des antiquités d'Israël examine les trouvailles. Crédit photographique : Amir Gorzalczany, Autorité des antiquités d'Israël.

La famille a expliqué que leur père, qui était employé à la centrale électrique de Hadera depuis sa construction, a récupéré de nombreux objets de la mer en y travaillant, qui selon la famille sont assez anciens. Les représentants de l'Autorité des antiquités d'Israël ont été surpris par ce qu'ils ont trouvé : des objets métalliques, dont la plupart sont décorés, qui sont apparemment tombés par-dessus bord d'un navire marchand de métaux au début de la période islamique.

Les découvertes anciennes qui ont été récupérées de la mer et remises à l'Autorité des antiquités d'Israël. Crédit photographique : Diego Barkan, Autorité des antiquités d'Israël.

« Les découvertes comprennent une goupille à bascule et la tête d'un couteau de l'âge du bronze moyen datant d'il y a plus de 3 500 ans », a déclaré Ayala Lester, conservatrice de l'Autorité des antiquités d'Israël. « Les autres objets, dont deux mortiers et deux pilons, des fragments de chandeliers, etc., datent de la période fatimide. Les objets auraient été fabriqués en Syrie et ont été apportés en Israël.

Une goupille et la tête d'un couteau vieux de 3 500 ans.

Les fonds marins d'Israël sont un trésor archéologique plein de ports engloutis et d'épaves qui cachent d'innombrables artefacts.

En mai dernier, des plongeurs ont annoncé la découverte de belles statues de bronze, de milliers de pièces de monnaie et d'autres trouvailles sur les fonds marins datant du 5ème siècle après JC, au large de la plage de Césarée, qui est tout près de la centrale électrique de Hadera.

Quelques mois plus tôt, en février, des plongeurs ont découvert un morceau de pièces d'or, également à Césarée de l'époque fatimide, vers le 11ème siècle après JC. On suppose que les trouvailles proviennent également d'un naufrage.


Voir la vidéo: La pêche aux couteaux mai2009