Russie Économie - Histoire

Russie Économie - Histoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

RUSSIE

PIB (2008) : 2,255 milliards de dollars.
Taux de croissance (2008) : 7 %
PIB par habitant : 15 800 $ en 2008
Budget : Revenu ..............
385,5 milliards de dollars
Dépenses ... 273,3 milliards de dollars

Principales cultures : céréales, betteraves à sucre, graines de tournesol, légumes, fruits ; boeuf, lait.

Ressources naturelles : Pétrole, gaz naturel, charbon et de nombreux minéraux stratégiques, bois.

Industries majeures : gamme complète d'industries minières et extractives produisant du charbon, du pétrole, du gaz, des produits chimiques et des métaux ; toutes les formes de machine
la construction des laminoirs aux avions et véhicules spatiaux hautes performances ; construction navale; matériel de transport routier et ferroviaire;
matériel de communication; machines agricoles, tracteurs et engins de chantier; production et transmission d'énergie électrique
équipement; instruments médicaux et scientifiques; biens de consommation durables, textiles, denrées alimentaires, artisanat .
PNB NATIONAL

L'économie russe a subi un stress énorme lorsqu'elle est passée d'une économie planifiée à un système de marché libre. Les difficultés de mise en œuvre des réformes fiscales visant à augmenter les recettes publiques et la dépendance à l'égard des emprunts à court terme pour financer les déficits budgétaires ont conduit à une grave crise financière en 1998. Baisse des prix pour les principaux producteurs d'exportation de la Russie (pétrole et minéraux) et perte de confiance des investisseurs en raison de à la crise financière asiatique a exacerbé les problèmes financiers. Il en a résulté une baisse rapide et abrupte (60%) de la valeur du rouble, une fuite des investissements étrangers, des retards de paiement sur les dettes souveraines et privées, une rupture des transactions commerciales via le système bancaire et la menace d'une inflation galopante.

Pourtant, la Russie a bien résisté à la crise. En 1999, un an après la crise, le produit intérieur brut (PIB) réel a augmenté du pourcentage le plus élevé depuis la chute de l'Union soviétique, le rouble s'est stabilisé, l'inflation a été modérée et l'investissement a recommencé à augmenter. La Russie progresse dans le respect de ses obligations en matière de dette extérieure. La dette souveraine de la Russie s'est rapidement contractée depuis 1998. Les prix élevés du pétrole ont entraîné d'importants excédents budgétaires de plus de 1 % du PIB. Cela a permis à la Russie de rembourser par anticipation une partie de sa dette et de racheter la dette du secteur privé. La dette extérieure de la Russie est passée de 64% du PIB en 2000 à seulement 28% du PIB en 2003. La Russie continue d'explorer les opportunités d'échange/d'échange de dette.

Une revalorisation des notations de crédit souverain russe par Moody's à Baa3 en septembre 2003, et par Standard&Poor s à BB+ en janvier 2004, reflète une plus grande confiance dans la gestion financière du gouvernement russe. Les cotes de crédit de la dette privée russe restent toutefois faibles. D'importants excédents courants ont entraîné une réelle appréciation du rouble au cours des dernières années. Le taux de change du rouble pondéré en fonction des échanges a augmenté de 4 % par rapport aux monnaies des principaux partenaires commerciaux de la Russie en 2003. La pression à la hausse sur le rouble a été réduite par la stérilisation de certains flux excédent budgétaire dans un fonds de stabilisation. Ce fonds aidera à protéger la Russie des chocs de prix si les prix de l'énergie restent bas pendant une période prolongée. L'appréciation du rouble au cours des dernières années a rendu la quasi-totalité de l'avantage des termes de l'échange que la Russie avait acquis lorsque le rouble a chuté de 60 % lors de la crise de la dette de 1998. Des taux de crédit et de dépôt égaux ou inférieurs au taux d'inflation, ainsi qu'un manque de confiance des déposants dans les banques russes, freinent la croissance du système bancaire et rendent l'allocation du capital et du risque beaucoup moins efficace qu'elle ne le serait autrement. Le gouvernement russe est actuellement en train de mettre en place un système d'assurance-dépôts dans le cadre de ses efforts de réforme bancaire.

Produit intérieur brut
Le PIB de la Russie a augmenté de 6,8 % en 2004 pour atteindre 613 milliards de dollars, propulsé par les prix élevés du pétrole, une inflation modérée (12 %) et une discipline budgétaire gouvernementale stricte. Les revenus réels ont augmenté de 10 %, entraînant une croissance considérable de la consommation privée. La production industrielle en 2003 a augmenté de 7 % par rapport à 2002.

Politique monétaire
Le taux de change s'est stabilisé en 1999; après être passé de 6,5 roubles/dollar en août 1998 à environ 25 roubles/dollar en avril 1999, un an plus tard, il s'était encore déprécié à environ 28,5 roubles/dollar. En janvier 2004, le taux de change était de 28,5 roubles/dollar, soit une appréciation du rouble de 4 % par rapport à janvier 2003. Après quelques fortes poussées d'inflation à la suite de la crise économique d'août 1998, l'inflation a régulièrement diminué.

Dépenses gouvernementales/fiscalité
Les dépenses du gouvernement central et local sont à peu près égales. Ensemble, ils représentent environ 38 % du PIB. La politique budgétaire a été très disciplinée depuis la crise de la dette de 1998. Les excédents budgétaires combinés en 2002 étaient de 2,3 % du PIB et de 1 % en 2003. Les analystes restent sceptiques quant à la poursuite des taux élevés de croissance économique si les prix du pétrole baissent. Cependant, les prix élevés du pétrole ont également des effets économiques négatifs au fil du temps, car les excédents commerciaux très importants qui en résultent ont tendance à faire monter le rouble, entraînant un retard des exportations de produits manufacturés.


Histoire de la Russie

Les peuples indo-européens, ouralo-altaïques et divers autres peuples ont occupé ce qui est aujourd'hui le territoire de la Russie depuis le IIe millénaire avant notre ère, mais on sait peu de choses sur leur identité ethnique, leurs institutions et leurs activités. Dans les temps anciens, des colonies grecques et iraniennes sont apparues dans les parties les plus méridionales de ce qui est aujourd'hui l'Ukraine. Les empires commerciaux de cette époque semblent avoir connu et exploité les forêts du nord, en particulier la vaste région de forme triangulaire à l'ouest de l'Oural entre les rivières Kama et Volga, mais ces contacts semblent avoir eu peu d'impact durable. Entre le IVe et le IXe siècle de notre ère, les Huns, les Avars, les Goths et les Magyars passèrent brièvement sur le même terrain, mais ces occupations transitoires eurent également peu d'influence sur les Slaves de l'Est, qui pendant ce temps se répandaient au sud et à l'est à partir d'une zone comprise entre l'Elbe et les marais du Pripet. Au IXe siècle, à la suite de la pénétration dans la région du nord et du sud par des aventuriers marchands d'Europe du Nord et du Moyen-Orient, leur société a été exposée à de nouvelles forces économiques, culturelles et politiques.

Les rares documents écrits en disent peu sur les processus qui ont suivi, mais les preuves archéologiques, notamment les pièces de monnaie du Moyen-Orient trouvées en Europe de l'Est, indiquent que le développement des Slaves de l'Est est passé par plusieurs étapes.

D'environ 770 à environ 830, les explorateurs commerciaux ont commencé une pénétration intensive de la région de la Volga. Des premières bases dans les estuaires des rivières de la région de la Baltique orientale, des bandes commerciales et militaires germaniques, probablement à la recherche de nouvelles routes vers l'est, ont commencé à pénétrer le territoire peuplé de tribus finlandaises et slaves, où elles ont trouvé de l'ambre, des fourrures, du miel , la cire et les produits du bois. La population indigène a offert peu de résistance à leurs incursions, et il n'y avait aucune autorité locale significative pour négocier l'équilibre entre le commerce, le tribut et le pillage. Du sud, des organisations commerciales basées dans le nord de l'Iran et de l'Afrique du Nord, à la recherche des mêmes produits, et notamment des esclaves, s'activent dans la basse Volga, le Don et, dans une moindre mesure, la région du Dniepr. L'histoire de l'Etat Khazar est intimement liée à ces activités.

Vers 830, le commerce semble avoir décliné dans les régions du Don et du Dniepr. Il y avait une activité accrue dans le nord de la Volga, où les commerçants scandinaves qui avaient auparavant opéré à partir de bases sur les lacs Ladoga et Onega ont établi un nouveau centre, près de l'actuelle Riazan. Là, dans cette période, le premier souverain nominal de Rus (appelé, comme l'empereur Khazar, khagan) est mentionné par des sources islamiques et occidentales. Cet État Volga Rus khagan peut être considéré comme le premier antécédent politique direct de l'État de Kiev.

En quelques décennies, ces Rus, ainsi que d'autres groupes scandinaves opérant plus à l'ouest, ont étendu leurs activités de raid sur les principales routes fluviales vers Bagdad et Constantinople, atteignant cette dernière en 860. Les Scandinaves impliqués dans ces exploits sont connus sous le nom de Varègues, ils étaient les aventuriers de origines diverses, souvent dirigées par des princes de clans dynastiques en guerre. L'un de ces princes, Rurik, est considéré comme l'ancêtre de la dynastie qui régna sur diverses parties du territoire slave oriental jusqu'en 1598 (voir dynastie Rurik). Les preuves de l'expansion varangienne sont particulièrement claires dans les trésors de pièces de 900-930. Le nombre de pièces du Moyen-Orient atteignant les régions du nord, en particulier la Scandinavie, indique un commerce florissant. Des documents écrits racontent des raids de la Rus sur Constantinople et le nord du Caucase au début du Xe siècle.

Dans la période d'environ 930 à 1000, la région est passée sous le contrôle complet des Varègues de Novgorod. Cette période a vu le développement de la route commerciale de la Baltique à la mer Noire, qui a établi la base de la vie économique de la principauté de Kiev et déterminé son développement politique et culturel.

La mesure dans laquelle les Varègues peuvent être considérés comme les fondateurs de l'État de Kiev a été vivement débattue depuis le XVIIIe siècle. Le débat a depuis le début porté des connotations nationalistes. Les travaux récents des Russes ont généralement minimisé ou ignoré le rôle des Varègues, tandis que les non-Russes l'ont parfois exagéré. Quoi qu'il en soit, l'élément vital de l'organisme tentaculaire de Kiev était le commerce organisé par les princes. Certes, ces premiers princes n'étaient pas des « Suédois » ou des « Norvégiens » ou des « Danes » qu'ils pensaient dans des catégories non pas de nation mais de clan. Mais ils n'étaient certainement pas des Slaves de l'Est. Il y a peu de raisons de douter du rôle prédominant des Varègues Rus dans la création de l'État auquel ils ont donné leur nom.


Rapport économique de la Russie

COVID-19 a annulé les gains durement gagnés en matière de réduction de la pauvreté dans le monde, la pandémie devant plonger plus de 100 millions de personnes dans l'extrême pauvreté d'ici la fin de 2021. COVID-19 a des effets marquants à plus long terme sur la croissance de la productivité et le potentiel à mesure que l'érosion de la confiance des entreprises affaiblit davantage l'investissement et que l'accumulation de capital humain ralentit en raison d'une détérioration de la santé, des fermetures prolongées d'écoles et du chômage prolongé.

Presque tous les prix des matières premières ont augmenté au premier trimestre 2021, poursuivant le rebond marqué depuis la mi-2020. La plus forte augmentation concerne les matières premières énergétiques, particulièrement importantes pour les exportations énergétiques de la Russie.

L'activité chez les deux principaux partenaires commerciaux de la Russie – la zone euro et la Chine – montre des trajectoires divergentes. L'activité de la zone euro reste vulnérable aux résurgences du COVID-19, tandis que la Chine, deuxième partenaire commercial de la Russie, continue de connaître une reprise cyclique.

Le PIB russe a chuté de 3,0% en 2020, contre des contractions de 3,8% dans l'économie mondiale, de 5,4% dans les économies avancées et de 4,8% dans les EMDE exportateurs de matières premières. Plusieurs facteurs ont aidé la Russie à faire relativement mieux : ces dernières années, la Russie a entrepris d'importants efforts de stabilisation macrobudgétaire, ce qui a permis d'améliorer sa situation budgétaire. Un nettoyage massif du secteur bancaire, accompagné d'une réglementation et d'une supervision renforcées, de fonds propres renforcés et de coussins de liquidité.

Les résultats budgétaires de la Russie se sont détériorés en 2020, mais se sont améliorés au premier trimestre 2021.

Le secteur bancaire russe a été résilient jusqu'à présent, mais les impacts à moyen terme restent à voir. La croissance du crédit a été soutenue par une lente reprise économique et des programmes publics de soutien au crédit.

L'emploi en Russie est toujours inférieur aux niveaux d'avant la pandémie, mais le marché du travail a commencé à montrer des signes d'amélioration d'ici la fin de 2020.

Les salaires réels moyens de la Russie ont augmenté de 1,7 % entre 2019 et 2020, mais masquaient d'importantes différences entre les activités économiques : les secteurs qui ont subi les plus fortes pertes d'emplois ont également enregistré les plus importantes pertes de salaires réels. Les salaires réels ont augmenté dans l'agriculture, les télécommunications et les services de santé, mais ont baissé dans les services d'accueil, la construction, la culture/les sports/les loisirs et le commerce.

Les augmentations des salaires réels ne compensent pas la baisse du revenu disponible par habitant, qui au cours des trois derniers trimestres de 2020 était inférieur de 7,9%, 5,3% et 1,7%, respectivement, à celui des mêmes périodes de l'année précédente.

Bien que la crise du Covid-19 continue d'affecter à des degrés divers les indicateurs économiques des régions russes, la plupart des régions ont été frappées par une croissance négative de la production industrielle et du commerce de détail en 2020. La situation de la dette des régions s'est aggravée : la crise s'est traduite par un budget déficit dans 57 régions (contre 34 en 2019).

Perspective économique

La croissance du PIB mondial devrait revenir à 4 % en 2021 et se modérer à 3,8 % en 2022. Cependant, la pandémie de COVID-19 continue de perturber l'activité dans le monde, ce qui crée une grande incertitude autour des projections du PIB.

La croissance de référence du PIB russe est prévue à 3,2 % en 2021, suivie de 3,2 et 2,3 % en 2022 et 2023, respectivement. Ce scénario de référence suppose une baisse progressive des nouveaux cas de COVID-19. La reprise économique mondiale, la hausse des prix du pétrole et des conditions monétaires intérieures souples en 2021 devraient soutenir une reprise tirée par la consommation des ménages et l'investissement public.

Les perspectives économiques à long terme de la Russie dépendront de la stimulation de la croissance potentielle par la promotion de la diversification économique, l'uniformisation des règles du jeu pour le secteur privé, l'amélioration de la gouvernance des entreprises publiques (EP) pour rendre les entreprises publiques existantes plus efficaces et compétitives, et une meilleure intégration dans le monde chaînes de valeur. Une transition verte pourrait poser des défis importants à l'économie russe à moins que le gouvernement ne prenne des mesures préventives vers la décarbonisation.

Focus spécial : Réduire de moitié la pauvreté grâce à des filets de sécurité sociale rentables

La Russie a déclaré un objectif national de réduction de moitié de la pauvreté à 6,6 % d'ici 2030. Cependant, même dans les scénarios de croissance du PIB les plus généreux, il sera difficile à atteindre en l'absence d'un meilleur ciblage des personnes pauvres et vulnérables. Alors que le système de filets de sécurité sociale de la Russie joue un rôle important dans la réduction de la pauvreté, il le fait à un coût élevé : le pays dépense plus de 3 % de son PIB ou 30 milliards de dollars américains en programmes d'aide sociale. Ce niveau est le double des dépenses mondiales d'aide sociale de 1,5 % du PIB et dépasse les dépenses de la région Europe et Asie centrale.

Un programme national ciblé fournissant une aide financière aux personnes tombant en dessous du seuil de pauvreté pourrait être un outil puissant pour atteindre les objectifs de réduction de la pauvreté d'une manière rentable. La mise en œuvre du programme GMI coûterait environ quatre fois moins que si la Russie développait son système de filets de sécurité sociale existant. Cependant, cette estimation dépend de manière cruciale des hypothèses formulées, telles qu'aucune fuite, aucune réponse comportementale et des coûts administratifs raisonnables. De nombreuses étapes supplémentaires seront nécessaires, telles que la nécessité d'unifier les normes et de développer des systèmes clés au niveau national, ainsi que de renforcer diverses caractéristiques du programme.


Longue lecture : 20 ans d'économie russe sous Poutine, en chiffres

Le 9 août 1999, Poutine est sorti de l'obscurité et nommé Premier ministre. Dans six mois, il deviendrait président. Kremlin.ru

La semaine dernière, le président Vladimir Poutine a célébré ses 20 ans au pouvoir. Nous jetons un coup d'œil à la façon dont le pays s'est transformé sous sa direction en passant en revue les chiffres.

Le 9 août 1999, Poutine est sorti de l'obscurité et nommé Premier ministre. Six mois plus tard, Boris Eltsine a démissionné de son poste de président et Poutine a pris sa place en douceur.

Cela avait toujours été le plan. La Russie était encore sous le choc des répliques de l'effondrement de l'Union soviétique et de la crise financière de 1998 qui a vu la Russie faire défaut sur quelque 40 milliards de dollars de GKO, ou bons du Trésor fédéral, qui avaient été récupérés par des investisseurs étrangers, et l'effondrement de la plupart des des grandes banques.

La Russie était assiégée par ce que les universitaires Barry Ickes et Clifford Gaddy avaient surnommé « l'économie virtuelle ». sur le troc.

20 ans de Vladimir Poutine : la transformation de l'économie

La croissance du PIB avait été négative pendant une décennie, sauf quelques mois en 1998. Le gouvernement était dans une crise budgétaire permanente. La pauvreté avait grimpé en flèche alors que l'espérance de vie et les revenus s'effondraient. Notre &ldquodespair index&rdquo (la somme des taux d'inflation et de chômage ajoutée à la proportion de personnes vivant dans la pauvreté) avait atteint la valeur astronomique de 1440 &mdash dix fois pire que tout autre pays de l'ancien bloc socialiste.

Cependant, Poutine a eu une chance incroyable. La crise de 1998 a été causée par l'effondrement des prix du pétrole à la suite d'une crise asiatique un an plus tôt. Mais en 2000, les prix du pétrole ont commencé à se remettre de leur creux de 10 $ le baril et, au cours de la décennie suivante, ont grimpé inexorablement jusqu'à un sommet d'environ 150 $. Le flot de pétrodollars a rendu la reconstruction de la Russie beaucoup plus facile, mais à son honneur, Poutine n'a pas gaspillé l'argent mais l'a utilisé pour construire un nouveau pays.

Poutine était responsable de la première tentative systématique de réformer l'économie de la Russie. En 2000, il a lancé le plan Gref (&ldquoProgramme pour le développement socio-économique de la Fédération de Russie pour la période 2000-2010&rdquo), du nom du ministre de l'économie de l'époque et aujourd'hui PDG de la Sberbank German Gref. Mais le plan a été abandonné lorsque la crise de 2008 a éclaté alors qu'il n'était achevé qu'à 30 %. Il y a eu beaucoup de vols pendant le premier mandat de Poutine, mais de réels progrès ont été réalisés, laissant l'économie de la Russie loin devant le reste de la Communauté des États indépendants (CEI).

Les chiffres brossent un tableau plus clair des résultats mitigés, car la tâche de transformer la Russie en une économie de marché moderne et efficace est loin d'être terminée. Ci-dessous, nous sélectionnons les principaux indicateurs et les répartissons en trois catégories principales : macroéconomique, social et qualité de vie.

'Macroéconomique'

Taille et part du PIB de la Russie

L'économie russe est grande, mais l'effondrement de l'Union soviétique a vu sa valeur et sa part de l'économie mondiale s'effondrer. La plupart de cet effondrement s'est produit sous la surveillance d'Eltsine, mais comme le montre le graphique, la part de la Russie dans l'économie mondiale s'est rapidement redressée après la prise de pouvoir de Poutine, passant d'environ 2 % à environ 4 %. La crise financière mondiale de 2008 a mis un terme à ce processus et l'économie russe a clairement commencé à stagner après 2013, un ralentissement aggravé par l'effondrement des prix du pétrole en 2014.

Au cours des 10 années allant de 1999 à 2008, le PIB russe a augmenté de 94 % et le PIB par habitant a doublé. La valeur de l'économie est passée de 210 milliards de dollars en 1999 à un pic de 1,8 billion de dollars en 2008. La crise a ramené la valeur à 1,2 billion de dollars et avec la stagnation actuelle, l'économie ne devrait pas revenir à 1,8 billion de dollars avant 2023.

En regardant la part de la Russie dans le PIB mondial, la Russie est revenue là où Poutine a commencé à la fin des années 1990. Le rôle de la Russie dans l'économie mondiale était à son apogée en 2008, mais la Russie risque maintenant d'être laissée pour compte car le reste du monde croît plus rapidement que la Russie.

Il n'y avait pas de croissance sous Eltsine. L'économie s'est contractée pendant une décennie. Mais cela a changé soudainement et de façon spectaculaire après la prise de pouvoir de Poutine. L'un des avantages du krach et de la dévaluation de 1998 a été de remonétiser l'économie et de tuer l'« économie virtuelle ». La croissance du PIB en 2000 était de 10 % alors que l'économie a rebondi après le krach et constitue un record à battre. Les deux crises de 2008 et 2014 ont été des chocs majeurs pour l'économie.

L'essor de la croissance avant 2008 reflétait principalement l'augmentation du niveau de vie et de la consommation en raison des prix élevés du pétrole. Après 2014, la demande des consommateurs était stagnante et les investissements fixes étaient également négatifs alors que l'économie russe est entrée dans une phase post-boom pétrolier où elle s'est heurtée à de profonds problèmes structurels.

La Russie est maintenant dans sa quatrième phase de transformation post-soviétique (première : effondrement d'Eltsine dans les années 1990, deuxièmement : boom des années 2000 tiré par le pétrole, troisièmement : stagnations économiques à partir de 2013 après l'épuisement du modèle pétrolier) où les décrets de Poutine et les 12 projets nationaux tentent pour créer un nouveau modèle économique tiré par l'investissement du côté de l'offre, et non par la consommation du côté de la demande qui a stimulé la croissance dans les années 2000.

Plans de réforme économique

Sous Poutine, il y a eu plusieurs tentatives de réforme, dont la plupart ont échoué.

Le premier est le plan Gref lancé peu après son entrée en fonction et qui a pris fin par la crise de 2008.

Le suivant était le Concept pour le développement socio-économique à long terme de la Fédération de Russie jusqu'en 2020, mais grâce à la crise mondiale, il n'a jamais été mis en œuvre.

Poutine est victime de son propre succès

En janvier 2011, Poutine a chargé l'École supérieure d'économie et l'Académie présidentielle d'économie nationale et d'administration publique de créer une nouvelle Stratégie 2020, qui a abouti au premier tour des décrets de mai 2012, signés le 7 mai de la même année. .

Le résultat de la première série de décrets de mai n'a guère contribué à inverser la tendance à la stagnation, ils ont donc été remplacés par une nouvelle série de décrets de mai en 2018 qui ont été complétés par les 12 projets nationaux qui constituent la dernière version du plan de transformation. Économie de la Russie.

Rentes des ressources naturelles

La Russie est bénie avec presque toutes les ressources minérales et naturelles connues de l'homme. Les exportations de pétrole et de gaz sont les plus importantes et le gouvernement a pu tirer des rentes de cette entreprise qui a payé une grande partie de la transformation.

L'arrivée au pouvoir de Poutine a coïncidé avec la montée en flèche des rentes des ressources au début des années 2000. Mais la rente des ressources a diminué ces dernières années après avoir culminé en 2006-2008. Cela signifie que le gâteau diminue et que les conflits internes entre les différentes factions augmentent.

Taille et part de l'économie parallèle

La taille de l'économie grise de la Russie aujourd'hui est estimée à 34% par le FMI et n'a pas vraiment beaucoup changé au cours des 20 dernières années. Cependant, sous Eltsine, l'idée d'une économie grise n'avait pas de sens, car la plupart de l'activité économique se faisait sur le troc, de sorte que les paiements d'impôts n'étaient pas pertinents, ce qui a alimenté la crise en cours. Depuis que Poutine a pris le pouvoir, les autorités fiscales ont été rationalisées et au cours des deux dernières années, la Russie a connu une révolution fiscale avec une efficacité considérablement améliorée.

La Russie a encore une part élevée de l'économie informelle. L'État a tenté de mettre fin à la pratique des salaires sous enveloppe et de faire payer les impôts et les cotisations sociales aux travailleurs du secteur informel, sans grand succès.

Réserves, dette extérieure et couverture des importations

Le flot de pétrodollars arrivé dans les années 2000 a transformé les finances de la Russie. Lorsque la crise de 1998 s'est produite, la Russie ne disposait que de 10 milliards de dollars de réserves internationales, ce qui était suffisant pour payer deux mois et demi d'importations et bien moins que ce que les économistes estiment nécessaire pour assurer la stabilité de la monnaie nationale.

Mais à mesure que les années 2000 avançaient, le gouvernement a prudemment versé les excès dans divers fonds pour les jours de pluie. Même après la stagnation instaurée à partir de 2013, l'État a prudemment maintenu ces niveaux de réserves très élevés en prévision de nouveaux chocs, et plus récemment en prévision de nouvelles sanctions.

Les réserves ont culminé en 2013, environ un an avant l'annexion de la Crimée et le début du conflit sur l'Ukraine. Au cours des années suivantes, ils ont diminué en raison des interventions de la Banque centrale de Russie (CBR) pour soutenir le rouble, une politique qu'elle a abandonnée fin 2014, et des dépenses du Fonds de réserve du ministère des Finances pour couvrir les déficits budgétaires.

La chute de la dette extérieure fédérale de la Russie en proportion de ses réserves est si extrême qu'il faut utiliser une échelle logarithmique pour saisir le changement : la dette extérieure est passée de 1 243% des réserves en 2000 à 8,9% aujourd'hui.

Les réserves internationales de la Russie dépassent la dette extérieure des gouvernements fédéral et central depuis 2005 et cette année, les réserves couvrent la totalité de la dette extérieure de la Russie dollar pour dollar en espèces. La réduction de la dette a été au cœur de la politique financière de Poutine. L'une des premières choses qu'il a faites en tant que président a été de rembourser les prêts du FMI des années 90 au début de 2005.

Recettes pétrolières et gazières du budget fédéral

Dans les années 90, le gouvernement vivait des revenus qu'il tirait des exportations de gaz. Gazprom a été régulièrement frappé par des paiements d'impôts "spéciaux" pour éviter les crises budgétaires. Cependant, la profonde dévaluation du rouble en 1998 a transformé du jour au lendemain le secteur pétrolier, le rendant largement rentable. Les principales compagnies pétrolières ont investi plus en 1999 qu'elles n'avaient investi au cours de la décennie précédente. À mesure que les prix du pétrole montaient en flèche, les revenus pétroliers devenaient progressivement plus importants pour le budget.

Les 20 ans de pouvoir de Vladimir Poutine

Les revenus pétroliers et gaziers du budget fédéral ont augmenté de façon spectaculaire depuis le début des années 2000 et ont culminé à plus de 50 % en 2012-2014. Leur part est encore élevée (et serait encore plus élevée si l'on calcule les taxes générales dans l'industrie pétrolière et gazière et certains autres produits non fiscaux)

Recettes TVA du budget fédéral

Alors que l'économie de la Russie commençait à fonctionner normalement, l'autre source principale de revenus est devenue la TVA, qui représente désormais un tiers des revenus du gouvernement, au même titre, et parfois plus, que les revenus du pétrole et du gaz. C'est pourquoi la décision d'augmenter la TVA de 2 points de pourcentage au début de cette année était un gros problème bien que très impopulaire, elle renforce les finances du gouvernement et réduit sa dépendance aux prix du pétrole et du gaz.

Déficit budgétaire fédéral

Encore une fois, la division entre les années de prospérité, lorsque le budget russe a dégagé un excédent sain, et les années de stagnation où le budget a été déficitaire, est très claire. Cependant, à la suite de profondes réformes du service fiscal et d'une amélioration considérable de la perception des impôts, couplée à une hausse modeste des prix du pétrole, le budget fédéral est de nouveau excédentaire. Dans les années de prospérité, les prix du pétrole devaient être de 115 $ pour que le budget atteigne le seuil de rentabilité, ils doivent maintenant être de 43 $. La composition du budget a été transformée.

Dépenses de défense du budget fédéral

La stagnation de la Russie à partir de 2013 a été aggravée par le lancement de la modernisation de l'armée en 2012. Poutine a détourné chaque kopek disponible vers les dépenses militaires, et l'ancien ministre des Finances Alexeï Koudrine a été limogé lorsqu'il s'est opposé. Ce fut un moment charnière dans l'histoire de la Russie où la route a bifurqué et Poutine a choisi le conflit.

Malgré une rhétorique quelque peu militariste, la Russie dépense en fait peu pour la défense par rapport à ses pairs occidentaux en termes absolus. Au cours des dernières années, les dépenses de défense s'élevaient en moyenne à 50 milliards de dollars. Dans son discours de mars 2018 à l'Assemblée fédérale, Poutine s'est vanté d'un certain nombre de nouvelles technologies de défense, mais cela semble contredire la tendance à la baisse des dépenses de ces dernières années.

Fuite des capitaux

Les statistiques les plus décevantes de l'ère Poutine sont peut-être celles sur la fuite des capitaux. Dans les années 90, quiconque gagnait plus que ce dont il avait besoin l'envoyait à l'étranger. Les schémas de "prix de transfert" des principales compagnies pétrolières où elles vendaient des barils de pétrole à des "sociétés commerciales indépendantes" basées en Suisse pour 1 $, qui vendaient ensuite ce pétrole sur le marché pour 100 $, sont aujourd'hui oubliés.

L'une des réalisations les plus remarquables de Poutine est qu'en 2006 et 2007, il a amené l'économie au point où cette fuite des capitaux s'est brièvement inversée et la Russie a enregistré un afflux net de 131 milliards de dollars alors que les hommes d'affaires russes sont devenus optimistes quant à leur propre pays et ont commencé à investir. Cependant, comme le montre le graphique, le krach de 2008 a tué cet enthousiasme et l'afflux s'est radicalement inversé.

Alors que les sorties dans les années 90 visaient à sécuriser des richesses personnelles dans un refuge offshore, les sorties depuis 2008 concernaient autant le désendettement de la Russie que les banques et les entreprises remboursaient la dette qu'elles avaient contractée pendant les années de prospérité.

Marchés financiers

Un autre succès sous Poutine a été la réforme des marchés financiers, qui ont été motivés dans une large mesure par les multiples crises que la Russie a traversées. Encore une fois, les données disponibles ne remontent pas à 2000, mais la plupart des changements importants ont été apportés depuis 2008.

Bancaire: Au cours des années 1990 et à l'époque des « banques de chats sauvages », des milliers de petites banques ont été créées, largement utilisées pour cacher de l'argent au fisc et envoyer de l'argent à la côte. La crise de 1998 a vu s'effondrer la plupart des banques de contrôle oligarques, qui étaient la clé de voûte de leurs « groupes industriels quofinanciers » (FIG). La banque est devenue une activité sérieuse au cours des années de prospérité, mais ce n'est qu'en 2013 qu'Elvira Nabiullina a pris la relève en tant que gouverneur de la Banque centrale de Russie (CBR) qu'un sérieux nettoyage du secteur a commencé. Depuis lors, elle a fermé environ trois banques par semaine et le nombre de banques en activité est passé de plus de 4 500 à son apogée à un peu moins de 500 aujourd'hui. Nabiullina a introduit toute une série d'autres réformes à mesure que le secteur devient plus facile à réguler.

20 ans de Vladimir Poutine : l'ascension et le déclin d'un régime

RTS : Le système commercial russe (RTS) libellé en dollars montre bien les montagnes russes de la Russie. Le marché boursier a été créé en 1996 avant l'arrivée au pouvoir de Poutine et a connu un essor dans les années 2000 avec des valorisations augmentant d'environ la moitié chaque année jusqu'au sommet de 2 487,92 le 19 mai 1998. L'indice s'est effondré à seulement 38 en octobre 1999, mais s'était redressé à environ 1 500 jusqu'à la prochaine crise en 2008, lorsqu'il s'est à nouveau effondré à environ 500. Au cours des années suivantes de sanctions et de stagnation, l'indice s'est situé entre environ 900 et 1 300. Ce n'est qu'en juillet, après que Gazprom a annoncé un versement surprise de dividendes importants, que l'indice a dépassé les 1 400 pour la première fois depuis des années.

OFZ: Une autre réforme financière majeure sous Poutine a été le raccordement du marché des capitaux intérieur de la Russie au système financier international lorsqu'il a rejoint les systèmes de paiement et de règlement Clearstream et Euroclear en 2012. Il y avait des investisseurs étrangers en Russie avant la réforme, mais seulement une minorité . L'argent a afflué après la réforme jusqu'à ce que les investisseurs étrangers détiennent quelque 25 milliards de dollars d'obligations, soit 34% du papier à son apogée en avril 2018. Il y a eu une vente induite par les sanctions l'année dernière, mais les investisseurs sont revenus en force et actuellement détenir 30 % des obligations en circulation.

'Social'

Pauvreté contre désespoir

Il est difficile de trop insister sur le changement des difficultés des années 1990 à la prospérité relative d'aujourd'hui. Cependant, la montée et la chute de la pauvreté sous Poutine donne une idée. En prenant le seuil de pauvreté tel que défini par l'ONU à 1,90 $ par jour, des millions de Russes vivaient dans la pauvreté dans les années 90. Cela est rapidement tombé à néant au cours des deux premiers mandats de Poutine. Si vous prenez le seuil de pauvreté officiel russe le plus élevé de 10 753 roubles (161 $), le taux de pauvreté a augmenté récemment à 14, 3%, mais c'est à égalité avec la plupart des sociétés occidentales, et même un peu moins que la majeure partie de l'UE.

Nous avons conçu "l'indice de désespoir" qui est la somme du taux de chômage, de l'inflation et du taux de pauvreté, qui rend mieux compte de ce qu'est la vie dans le tiers inférieur de la société. In the 90s Russia's despair index soared to 2,200, largely thanks to hyperinflation, and was about 10 times higher than any other CEE country. Today Russia's despair index compares favorably with the rest of the developed world.

Russia&rsquos population decline

The chaos of the 90s extracted a terrible price on Russia&rsquos demographics, the effect of which is hitting the working population now. During the boom years the natural population decline was almost halted by Putin&rsquos most successful reforms that were designed to encourage Russians to have more children.

But the bounceback hit peak and the Russian population declined again in 2018 for the first time in a decade as the dent the 90s put the demographic curve hit. But natural population growth has been negative for most of the Putin's time &mdash only net immigration helped Russia to post a total population increase.

Espérance de vie

The population may be shrinking but life expectancies have recovered and are now at an all-time high, higher than at any time in the Soviet Union as well.

Life expectancy is rising steadily, explained by lower infant deaths and older people living longer.

Pensioners on the rise

One of the most difficult problems that Putin has to deal with is the aging population. While the &ldquodying Russia&rdquo story caught the headlines in previous years it has fallen away as it becomes increasingly clear that all the countries of Europe are facing the same problem. When Putin came to power two workers provided the tax revenues to pay for one pensioner. Today it is closer to one worker paying for one pensioner.

By 2018 the share of people older than working age had risen to 25.4% and was projected to rise to 28.3% by 2028 if the retirement age wasn't raised. Due to the retirement age increase (by five years, to 60 for women and to 65 for men) the share of people older than working age will decline to 22.4% by 2028.

Real disposable income

Putin&rsquos reign can be clearly split into two periods. In the boom years personal wealth soared as real disposable incomes (the spending money left over after paying for food and utilities, adjusted for inflation) rose by 10% or more a year. The 2008 crisis brought the fast growth to an end and after a couple of years of post-shock turbulence the stagnation set in from 2013 onwards and has depressed incomes ever since.

Putin Can’t Afford to Speed Up Russia’s Economy

Real disposable incomes have been declining since 2014, and even a shift to new methodology then didn't help to lift reported incomes. However, the picture looks better when you adjust the incomes for purchasing power parity and add in the grey incomes. According to the IMF's estimates for 2018 this means real incomes, including off-the-book payments, are one of the best in the whole of CEE and ahead of several EU countries. These high incomes are the effect of the oil-subsidies that the Kremlin has been pouring into the economy for two decades and the high level of black work and corruption-related income. That extra money puts Russian's income ahead of even Estonia, which has the highest level of income in nominal dollar terms in the region. In practical terms this means that spending money in Russia goes a little bit further than it does in Estonia, but there is a huge difference when Russian's leave the country as Estonia's nominal incomes are close to &euro2000 a month, whereas Russia's nominal income is a bit less than 800 euros.

'Quality of life'

Murders and suicides

The number of murders and suicides has been falling steadily throughout Putin&rsquos time on the job. Although Putin cannot necessarily take the credit for these trends as they are part of a global trend, it is an indication of general improvement in the mood of society.

Russians are famously heavy drinkers and alcohol consumption increased during Putin&rsquos first two terms in office. But the Rosstat figures hide an ongoing switch away from hard spirits like vodka to softer ones like wine and beer, which have become the main tipples in Russia.

The overall level of alcohol consumption has fallen, but the preferred tipple has also changed. Wine overtook vodka as the favorite alcoholic drink in 2017 when a total of 91.9 million deciliters (mndl) of wine were consumed vs 81.1mndl of vodka. If you include sparkling wines in the wine category then wine overtook vodka in 2014. But the significant trend here is the fall in vodka consumption in general. In 2000 Russians consumed a total of 215mndl of vodka &mdash more than two and half times more than they drink today.

Phone ownership

Russians love gadgets and nothing shows the step in the quality of life in Russia better than the rise of mobile phone ownership. The price point of a phone means it is one of the first items the newly comfortable Russian middle class will buy. In 2000 phone ownership soared from 22.3 per thousand people to cover the whole population by 2006 and to reach two phones per person by 2017.

Mortgage loans

Nothing epitomizes the rise of the middle class under Putin like the growth of the mortgage market. Homeownership has been a key policy goal of the Kremlin and Putin has personally actively tried to drive down home loan interest rates. Until recently the state subsides rates over 12% but when they dropped below that level earlier this year the subsidy was dropped. However, in frequent comments to the press Putin called for 10% mortgages, and once that level was passed this year, he is now calling for 8% rates. The first mortgages appeared in around 2003 but only really took off in about 2008. Unfortunately, the CBR date on mortgage lending only goes back to 2006, but for all of Putin&rsquos first term and most of his second the volume of mortgage loans were almost zero.


Since the Global Financial Crisis

While oil and other natural resources were a major factor in Russia’s rapid economic expansion from the end of the twentieth century to 2008, it should be noted that the reforms undertaken by Yeltsin and the pre-renationalization reforms of Putin were also important to the economy’s success. But, the 2008 global financial crisis and the drop in the price of oil have revealed the nature of Russia’s resource-dependent economy and highlighted the need for continued structural reforms.

Russia’s economy was hard hit by the global financial crisis with output declining by 7.8% in 2009.   But, as the price of oil recovered and global financial markets began to stabilize, growth did return, although not nearly to the level it had been prior to the crisis. The return to moderate growth however, would be short-lived as conflict with Ukraine would see harsh economic sanctions imposed by the West, and the beginning of the oil price rout in the middle of 2014 would once again reveal the cracks in Russia’s economy.  


February Revolution

The February Revolution (known as such because of Russia’s use of the Julian calendar until February 1918) began on March 8, 1917 (February 23 on the Julian calendar).

Demonstrators clamoring for bread took to the streets of Petrograd. Supported by huge crowds of striking industrial workers, the protesters clashed with police but refused to leave the streets.

On March 11, the troops of the Petrograd army garrison were called out to quell the uprising. In some encounters, the regiments opened fire, killing demonstrators, but the protesters kept to the streets and the troops began to waver.

The Duma formed a provisional government on March 12. A few days later, Czar Nicholas abdicated the throne, ending centuries of Russian Romanov rule.

The leaders of the provisional government, including young Russian lawyer Alexander Kerensky, established a liberal program of rights such as freedom of speech, equality before the law, and the right of unions to organize and strike. They opposed violent social revolution.

As minister of war, Kerensky continued the Russian war effort, even though Russian involvement in World War I was enormously unpopular. This further exacerbated Russia’s food supply problems. Unrest continued to grow as peasants looted farms and food riots erupted in the cities.


Russia Economy - History

  • 800 - Slavic peoples migrate into the area of the Ukraine.
  • 862 - King Rurik rules the region from the city of Novgorod. The people are known as the Rus.





Soviet Missile in Red Square

Brief Overview of the History of Russia

The area that is today the country of Russia has been inhabited by people for thousands of years. The first modern state in Russia was founded in 862 by King Rurik of the Rus, who was made the ruler of Novgorod. Some years later, the Rus conquered the city of Kiev and started the kingdom of the Kievan Rus. Over the 10th and 11th century the Kievan Rus became a powerful empire in Europe reaching its peak under Vladimir the Great and Yaroslav I the Wise. During the 13th century the Mongols led by Batu Khan overran the area and wiped out the Kievan Rus.

In the 14th century the Grand Duchy of Moscow rose to power. It became the head of the Eastern Roman Empire and Ivan IV the Terrible crowned himself the first Tsar of Russia in 1547. Tsar was another name for Caesar as the Russians called their empire the "Third Rome". In 1613, Mikhail Romanov established the Romanov dynasty that would rule Russia for many years. Under the rule of Tsar Peter the Great (1689-1725), the Russian empire continued to expand. It became a major power throughout Europe. Peter the Great moved the capital from Moscow to St. Petersburg. During the 19th century, Russian culture was at its peak. Famous artists and writers such as Dostoyevsky, Tchaikovsky, and Tolstoy became famous throughout the world.


After World War I, in 1917, the people of Russia fought against the leadership of the Tsars. Vladimir Lenin led the Bolshevik Party in revolution overthrowing the Tsar. Civil war broke out in 1918. Linen's side won and the communist state the Soviet Union was born in 1922. After Lenin died in 1924, Joseph Stalin seized power. Under Stalin, millions of people died in famines and executions.

During World War II, Russia initially allied with the Germans. However, the Germans invaded Russia in 1941. Over 20 million Russians died in World War II including over 2 million Jewish people who were killed as part of the Holocaust.

In 1949, the Soviet Union developed nuclear weapons. An arms race developed between Russia and the United States in what was called the Cold War. The Soviet economy suffered under communism and isolationism. In 1991, the Soviet Union collapsed and many of its member nations declared independence. The remaining area became the country of Russia.


Basic facts about Russia: Economy

The state controlled virtually all investment, production and consumption across the country. Economic policy was shaped by the Communist Party. The transition towards a market economy in the 1990s was painful. Radical liberalisation reforms and massive crash privatisation wiped out the living standards of millions, while crime and corruption flourished. In 1998, Russia was hit with a dramatic economic breakdown as the rouble spectacularly collapsed.

Photo by Irina Vasilevitskaya

But after a decade of crisis, Russia has bounced back. Rising oil prices, increased foreign investment, higher domestic consumption and political stability have bolstered the economic boom. Russia became the fastest growing economy in the G8, ending 2007 with its ninth straight year of growth, averaging 7 per cent annually since 2003.

After years of underachievement, Russia emerged as the world’s leading natural gas exporter and the second largest oil producer after Saudi Arabia. Fuelled by oil revenues, it repaid its Soviet-era debt to Paris Club creditors and the International Monetary Fund.

Poverty has declined steadily and the middle class has grown. So has the number of Russia’s super-rich. The country’s freshly minted billionaires now play on the global stage, sweeping up luxury property, places at top universities and sports franchises. But economic development has been uneven throughout the country, and while the Moscow region booms, the rest, especially rural eras, lags far behind. The bulk of Russia’s manufacturing base dates back to the Soviet era. The country inherited most of the USSR’s defence industry, making it one of the world’s major weapons exporters. Efforts have been made to put military industries on civil rails but successful conversion remains a challenge.

And there are other challenges to face. Despite more then a decade of talks, Russia’s still been unable to join the WTO. Moscow applied for membership in 1993 and although formally Russia’s getting closer to accession, progress has been slow. The country is now pushing to diversify its economy, develop small business and invest in human capital. The Putin government launched a multi-billion investment programme in nanotechnology and started an ambitious social scheme to boost the sectors of housing, agriculture, healthcare and education.


Les références

Davies, R W (1994), “Changing Economic Systems: An Overview.” in R W Davies, M Harrison and S G Wheatcroft (eds), The Economic Transformation of the Soviet Union, 1913-1945, Cambridge: Cambridge University Press, pp. 1-23.

Davies, R W, M Harrison, O Khlevniuk, and S G Wheatcroft (in preparation), The Industrialisation of Soviet Russia, vol. 7. The Soviet Economy and the Approach of War, 1937-1939. Basingstoke: Palgrave.

Dexter, K, and I Rodionov (2017), “The Factories, Research and Design Establishments of the Soviet Defence Industry: A Guide: Ver. 18”, University of Warwick, Department of Economics.

Goskomstat Rossii (1997), Naselenie Rossii za 100 let (1897-1997). Statisticheskii sbornik, Moscow.

Harrison, M (2017a), “The Soviet Economy, 1917-1991: Its Life and Afterlife,” The Independent Review 22(2): 199-206.

Harrison, M (2017b), “Foundations of the Soviet Command Economy, 1917 to 1941,” in S Pons and S Smith (eds), The Cambridge History of Communism, vol. 1: World Revolution and Socialism in One Country, Cambridge: Cambridge University Press, pp. 327-347.

Markevich, A, and M Harrison (2011), “Great War, Civil War, and Recovery: Russia’s National Income, 1913 to 1928”, Revue d'histoire économique 71(3): 672-703.

Novokmet, F, T Piketty, and G Zucman (2017), “From Soviets to Oligarchs: Inequality and Property in Russia, 1905-2016”, WID.world working paper no. 2017/09.

Singer, J D, S Bremer, and J Stuckey (1972), “Capability Distribution, Uncertainty, and Major Power War, 1820-1965”, in B Russett (ed.), Peace, War, and Numbers, Beverly Hills: Sage, pp. 19-48.

TsSU (1972), Narodnoe khoziaistvo SSSR. 1922-1972. Iubileinyi statisticheskii sbornik. Moscow: Statistika.


Bibliographie

Dobb, Maurice H. (1948). Soviet Economic Development since 1917. New York : Éditeurs internationaux.

Gerschenkron, Alexander. (1962). Economic Backwardness in Historical Perspective. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Gregory, Paul R. (1994). Before Command: An Economic History of Russia from Emancipation to the First Five-Year Plan. Princeton, New Jersey : Princeton University Press.

Mosse, Werner E. (1996). An Economic History of Russia, 1856 – 1914. London: Tauris.